Le divan de mes atermoiements

 

 

   Le passé s'éloigne de moi. Je l'ai laissé à la gare de mes souvenirs. Il m'a offert des présents que je contemple. " Vais je les caser dans mon appartement d'aujourd'hui , aux murs tous frais des peintures de mes nouvelles pensées et de mes désirs naissants ? "

 

      En face de moi, l'avenir s'impatiente. Il est jeune, vigoureux, prêt à de nouvelles aventures. Il attend mes consignes et s'impatiente. Il m'interpelle :

 

    " Que fais tu, qu'attends tu ? La nostalgie n'a rien de bon. Elle ne sait que s'assoupir, s'étirer en sanglotant sur le divan de tes réminiscences. Même le passé, bien qu'il en use et s'en serve de messagère,  a peu d'estime pour elle.


        Elle exagère, ravive toujours les plus cruelles déceptions, les plus beaux souvenirs et te rappelle à la réalité de tes échecs. Je peux me composer avec des restes déjà vécus, qui vont émoustiller et ravir les papilles de ta mémoire, mais il ne sera qu'un automate dont les gestes et les mouvements seront guidés par les ficelles de ses chimères."

 

      Changer! Qui peut m'en empêcher? . La peur du lendemain? l'approche du néant et la conclusion d'une vie sans âme, sans risque, comme un trait noir et fin qui se dissoudrait en un point blanc dans l'obscurité de l'univers?.

 

     J'y apporterai sans doute des virgules, des parenthèses, mais il est si difficile de  former des ronds, d'assembler des signes pour arriver à une cohérence, à créer le mot, le nom, mon nom, qui restera ancré dans le futur et qui par une parabole rejoindra le passé en lettres d'or.

 

     Avenir, seras tu l'étendard de la révolte de mes non-dits ou l'essence qui exhalera le parfum de mes projets les plus fous ? seras tu le bouffon de mes passions à l'image de mon passé qui s'en est bien repu ou guidé par une sagesse acquise par les années, exhauceras tu ce que mon âme a secrétement désiré ? 

 

      Mon coeur est blessé, mon esprit est aux abois, et,  j'attends de toi, l'espoir d'assouvir la soif  de mes éternels émois. Le rêve du devenir est un véritable supplice à vivre, lorsque le temps vécu à le réaliser s'étire.