Le passeur de mots

  Le passeur de mots m'attend dans la barque. Il est invisible. Il sussurre simplement. Il est le porte- parole d'un monde indécelable. Je saute dans son esquif et je sens sa présence.

 

  Il me parle de moi , de certains de mes problèmes que je peux entendre mais dont je ne veux pas écouter les solutions. Il évoque mes non-dits et je détourne le tête en regardant l'horizon pour me donner une contenance. Je ne suis pas en colère contre lui. Je sais que les vérités qu'il m'assène, c'est moi qui le lui murmurre à son oreille.

 

   Il me demande si la barque doit rester amarrer sur le ponton en bois et simplement flotter. Je reste quelques instants sans réponse. Il me dit que cette coquille de bois c'est ma vie et bien que fragile, elle peut glisser sur l'eau.

 

  Dois je considérer qu'il me propose de naviguer en tenant compte de ses conseils? Il est vrai que je me sens bien avec lui. Ce que j'ai peur, c'est de son rôle d'interprète avec cet inconnu qui n'est autre que moi. Comment puis je arriver à me maitriser, à ne pas perdre mes moyens devant mon  entité qui me cause tant de désagréments?

 

  Il continue à me parler. Le ton est chaleureux et accessible à plus de réceptivité et de confiance en soi  et sans m'en apercevoir, la barque est au milieu de l'étang et je rame. Il se moque de moi en effleurant par quelques syllabes l'ironie de cette situation  et me redonne courage. Il tente de me convaincre de l'inconstance de la vie, de sa fragilité aussi en ne me masquant  pas que la mort en est sa finalité. Une vérité certes mais que j'ai tendance à oublier dans mon quotidien, me martèle-t-il, pour doper mon énergie.

 

   "C'est la règle d'or qui doit te donner la force en toi. Je suis là pour te convaincre de ta temporalité, le socle sur lequel ta puissance se reposera. Sans cette intime conviction, tu avanceras dans la vie mais sans réflexion originelle et  sans enthousiasme durable. Persuades toi que tout ce que tu vas bâtir sera construit sur un sol meuble soumis à tous les impératifs des nuisances de la vie. Mais si tu es convaincu de cet état de fait, là, tu auras gagné le pari de la mener et tu pourras affronter avec discernement les vagues qui pourraient engloutir ta barque."

 

   J'entends toujours le passeur. Je dois reconnaître que c'est un excellent messager. Il ne me reste plus qu'à continuer à ramer sous sa conduite.